Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets

Chars Français - Le Char LECLERC-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chars Français - Le Char LECLERC-

Message  admin marsouin le Jeu 23 Juil - 15:57

Chars Français





1991 CHAR LECLERC
Index de l'article
1991 CHAR LECLERC
LISTING LECLERC
LECLERC EN DETAIL
Page 1 sur 3





Dès la mise en service de l'AMX 30 à la fin des années soixante, la question de son successeur a donné lieu à maints débats et réflexions. Le choix d'un engin chenillé n'était pas acquis, d'autres prétendants tel l'hélicoptère pouvant être envisagés comme système d'arme futur.
A la fin des années soixante dix, l'apparition des prototypes du M 1 et du Leopard II donnent le signal de lancement du projet EPC (Engin principal de combat) alors que parallèlement l'AMX développait des solutions plus classiques : AMX 30 B2, AMX 32, AMX 40, ces deux derniers engins étant plus spécialement destinés à l'exportation.
L'armée française avait à ce moment le choix de moderniser à court terme son parc de blindés avec un engin équivalent aux chars contemporains, soit de poursuivre l'étude de l'EPC en sautant une génération et préparer un char innovant qui posséderait quelques longueurs d'avance sur ses concurrents. C'est donc ce deuxième choix qui a été fait, le parc des AMX 30 voyant sa durée de vie opérationnelle prolongée à travers la version modernisée B2 pour assurer la transition.
L'EPC devait développer quatre capacités afin de combattre un ennemi supérieur en nombre, en clair être capable de faire face aux forces blindées du Pacte de Varsovie :
- un système d'information et de commandement performant, allant de l'acquisition des cibles à la communication en temps réel avec tous les échelons de la chaîne de commandement,
- un armement puissant et précis en toutes circonstances,
- une protection balistique évolutive composée de caissons de blindage composite amovibles.
- une mobilité permettant un déploiement rapide, une concentration des moyens et une dispersion contre les frappes de représailles.
Une coopération initiale avec l'Allemagne ne devait malheureusement pas déboucher, les deux pays disposant de deux engins très éloignés, l'AMX 30 B2 et le Leopard II, les priorités en termes de renouvellement n'étaient pas compatibles.
Les études de divers concepts dont plusieurs variantes d'armement en superstructure et équipage en caisse débouchent finalement sur un engin de configuration classique. Bâti autour du canon de 120 mm à âme lisse, l'EPC prend le nom de LECLERC en 1986.
Son équipage est limité à trois hommes :chef de char, tireur, pilote. Le chargeur est remplacé par un système de chargement automatique. La suppression d'un membre d'équipage permet de réduire l'espace protégé et d'obtenir un engin plus compact. Par ailleurs la manipulation de munitions de 120 mm pesant plus de 25 kg ne permet plus une cadence de tir soutenue.
L'espace ainsi gagné se répercute sur l'ensemble de la structure ce qui permet à l'engin de gagner en compacité. Ainsi, mesurant un mètre de moins que ses concurrents et avec un tonnage équivalent, le LECLERC peut bénéficier d'une protection supérieure.




ARMEMENT

Pouvant tirer à une cadence de 12 coups/minute, le canon de 120mm GIAT CN120-26 à âme lisse est conçu pour tirer les obus standards de l''OTAN utilisés également par le Léopard II allemand et le M 1 Abrams américain.
La longueur du tube est supérieure de près d'un mètre à celui de ses homologues ce qui, à calibre égal, donne une Vo supérieure et une portée accrue. Par rapport au canon Rheinmetall allemand, la portée utile augmente de 25 %.
Le LECLERC, conçu pour une durée de vie opérationelle d'au moins 30 ans est déjà prêt à accueillir un armement plus puissant, sans doute un 140 mm dans une nouvelle tourelle.
La protection rapprochée du LECLERC est assurée avec le système Galix qui inclut neuf tubes de lancement pour des grenades de 80 mm, des grenades fumigènes, des leurres infrarouges et des grenades anti-personnel.La portée de ce système varie de 30 à 50 m.
Deux mitrailleuses complètent l'armement :
- 1 Mitrailleuse coaxiale : 12,7 mm
- 1 Mitrailleuse de toit : 7,62 mm MG à commande manuelle depuis les postes chef et tireur ou 7,62 mm MG commandée sous blindage
Un des atouts essentiel du LECLERC est sa capacité de tirer en mouvement. Contrairement à ses concurrents tout juste capables de tirer en roulant sur sol stabilisé et à allure réduite, le LECLERC peut tirer en progressant à allure normale en tout terrain et avec une très forte probabilité de coup au but.. Cette capacité lui permet d'ouvrir le feu sans délai et complique la visée de l'adversaire en restant mobile.



MOBILITE

Le GMP (Groupe Moto Propulseur) est un moteur diesel Hyperbare produit par Wärtsilä-SACM V8X à huit cylindres en V 1500 CV turbocompressé, doté d'une turbine à gaz Turboméca intégrée pour le GAP. Cette turbine autonome alimente le compresseur et le système électrique quand le moteur est à l'arrêt.
Le moteur confère un rapport poids/puissance de près de 30 chevaux/tonne et permet au Leclerc d'atteindre 32 km/h en moins de 6 secondes. La vitesse maximum sur route est de 72 km/h et de plus de 55 km/h en tout-terrain.


Dernière édition par admin marsouin le Mar 11 Mai - 20:47, édité 5 fois
avatar
admin marsouin

Messages : 76
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 64
Localisation : Châtenay-Malabry (92)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

SUITE CHAR LECLERC

Message  admin marsouin le Jeu 23 Juil - 16:26



PRODUCTION

Le programme prévoyait une production totale de 1400 chars et la construction en série devait démarrer en 1991. Les changements géopolitiques et stratégiques intervenus au cours de la dernière décennie du XXe siècle ont remis en cause les prévisions et le programme a finalement été ramené par étapes à 450 exemplaires. Malgré un contrat à l'exportation, plutôt désastreux sur le plan commercial, les petites séries construites ont abouti au démantèlement de la société GIAT intégrée dans le groupe Nexter. Cette catastrophe industrielle n'est pas sans conséquence pour répondre aux problèmes de maintenance et pallier aux défauts de jeunesse de l'engin.
La fabrication du Leclerc peut se répartir en trois séries principales, chacune comprenant plusieurs tranches de fabrication.






Série 1

Tranches T 1 et T2 :
Ces tranches de présérie ont été produites à 17 exemplaires seulement. Ces matériels n'ont pas été pris en compte par l'Armée Française et ont servi de modèles d'évaluation.
Les tranches T3, T4 et T5 sont mis en service en configuration Centre-Europe.
Un total de 132 exemplaires a été produit entre 1992 et 1996.

Série 2

Cette série, comprenant les tranches T6 à T9, est conçue pour pouvoir intervenir sur des théatres d'opérations extérieurs, c'est à dire sous des climats tropicaux ou désertiques.
Visuellement ces modèles se distinguent par la présence d'un système de climatisation sur la tourelle, de coffres sur la nuque de tourelle et la modification de l'avant de la caisse par l'adjonction d'un pare-boue.
Dans la derniére tranche T9, la caméra thermique Athos est remplacée par une nouvelle caméra thermique Iris de deuxième génération au viseur tireur.
La série 2 a été produite à 178 exemplaires entre 1997 et 2003.

Série 3 également dénommée XXI

Cette série de 96 unités des tranches T10 et T11 comporte de notables modifications dont un nouveau blindage.
Le concept du Leclerc intégre une remise à niveau progressive des matériels qui permet d'amener au dernier standard les engins les plus anciens. Les tranches concernées prennent alors l'appellation RT.

L'EVOLUTION

Les 8 dern b083f05621iers des 406 chars LECLERC ont été livrés en 2007 à l'armée de Terre française. Pour répondre aux nouveaux besoins consécutifs un emploi possible en zone urbaine, Nexter successeur de Giat Industries (France) propose le démonstrateur technologique AZUR (Action en Zone URbaine).
Le kit d'équipement AZUR, étudié conjointement avec le STAT (Service Technique de l'Armée de Terre) comprend un éventail de nouvelles technologies adaptées aux missions de combat de rue :
- un système d'observation et de surveillance panoramique de l'environnement proche sur 360°,
- un tourelleau téléopéré armé d'une mitrailleuse NF 1 de 7,62 mm et d'un désignateur point rouge,
- et un système de communication radio pour rester en contact avec l'infanterie débarquée.
Extérieurement, son aspect est modifié par l'ajout de protections additionnelles comprenant des blocs actifs et réactifs contre les charges de lance-roquettes antichars RPG-7, tout comme un renforcement de la tourelle contre les balles de 7,62 mm et l'adjonction de grillages contre les cocktails Molotov.
A l'arrière, un système de transport à deux coffres largables permet d'assurer un soutien logistique complémentaire à l'infanterie d'accompagnement..







CARACTERISQUES TECHNIQUES (sources Nexter)

Equipage : 3 hommes
Masse en ordre en combat : < 56,5 t
Classe de charge militaire: 62
Puissance nominale : 1.500 ch
Rapport puissance/poids :> 26,5 ch/t
Groupe moto propulseur : Diesel Hyperbar Wärtsilä SACM V8X ou Turbo diesel MTU 883 V12
Transmission :Boîte automatique SESM ESM 500 à 5 rapports avant et 2 rapports arrière, ou Boîte automatique RENK HSWL 295 TM à 5 rapports avant et 3 rapports arrière
Vitesse maximale : Sur route : 72 km/h - Tout-terrain : > 55 km/h - En marche arrière : 38 km/h
Accélération : 0 - 32 km/h en moins de 6 s
Capacité en carburant : 1.300 litres sous blindage (1 700 avec carburant externe : fûts largables)
Ravitaillement en carburant : 8 min.
Autonomie maximale sur route : 550 km avec carburant externe
GAP : Turbine à gaz TURBOMECA intégrée ou Moteur diesel externe
Longueur (châssis sans fûts externes) : 6,88 m
Largeur (avec protections latérales) : 3,71 m
Hauteur (toit tourelle) : 2,53 m
Obstacle vertical : En marche avant :1,10 m - En marche arrière : 0,60 m
Fossé : 3 m
Passage de gué : Sans préparation : 1 m - Avec préparation : 1,90 m
Suspension : Oléopneumatique
Armement principal : Canon au standard OTAN 120 mm/52 cal., à âme lisse, stabilisé
Vitesse initiale : 1 790 m/s (obus flèche)
Chargement des munitions : Système entièrement automatique dans compartiment isolé en nuque de tourelle
Pointages : Motorisation électrique
Munitions : 40 munitions de 120 mm (dont 22 prêtes à l’emploi) avec douille et amorce combustibles - 950 munitions de 12,7 mm
Observation : Viseur chef panoramique 360° stabilisé 2 grossissements, télémètre laser, voie jour et caméra thermique, viseur tireur de masque stabilisé, avec caméra thermique, télémètre laser, voie jour et voie vidéo
Protection balistique : Blindage polyvalent modulaire évolutif
Système de protection : GALIX 2 x 9 pots lanceurs (fumigène, défense rapprochée et leurre IR)
Climatisation : Système à entraînement électrique logé en tourelle ou système à entraînement hydraulique logé dans le châssis
Radio : 2 postes radio à évasion de fréquence
Aide au commandement : SIT ICÔNE ou FINDERS®/LBMS
Navigation : Navigation inertielle





Clic pour visiter
le site sur les chars


avatar
admin marsouin

Messages : 76
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 64
Localisation : Châtenay-Malabry (92)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum