Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets

Et pour vous, que représente le 14 juillet (2009)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et pour vous, que représente le 14 juillet (2009)

Message  admin piero le Jeu 10 Juin - 0:43

Le 14 juillet, comme les phases d’une vie, me semble scindée en trois parties, trois sentiments.



Enfant, pour moi, il a représenté l’émerveillement au travers du défilé des militaires auprès de qui nous participions à cette cérémonie. Originaire d’un petit village de l’Isère, à l’annonce de cet évènement, notre maîtresse d’école n’hésitait pas à nous emmener, en rang deux par deux, au monument aux morts. Elle nous enseignait ainsi la valeur de l’hommage rendu à ceux qui avaient contribué à la grandeur de notre pays, par leur altruisme et leur dévouement.

Venait enfin la cérémonie, tant attendue, où entourés et accompagnés des porte-drapeaux, des anciens combattants, des militaires, de Monsieur le Maire, nous n’avions plu qu’à entonner la Marseillaise, apprise avec ferveur, car l’honneur, qui nous était ainsi fait, se préparerait.

Avec nos yeux d’enfants, et devant tous ces militaires auréolés de leur gloire, de leurs médailles, il nous venait l’envie de servir à notre tour notre patrie, suivant leur illustre exemple. Ils nous donnaient des rêves. Le 14 juillet était jour de rêves.

Ces rêves cheminèrent jusqu’au service militaire, ce grand jour où nous apprenions les fondements de notre défense, l’histoire et le sang versé pour bâtir notre pays.

Les rêves de l’enfant étaient plongés dans la réalité. Pour ma part, la réalité a été l’engagement pour la France au Liban. Ces rêves aux milles couleurs se sont ternis à la rudesse du monde révélant la noirceur de certaines âmes, leurs idéologies destructrices et avilissantes.

Mes rêves sont devenus un idéal : servir notre patrie, transmettre ses valeurs, et ce qu’elle a de mieux. Ainsi, le 14 juillet comme les autres journées nationales, a pris les couleurs de notre Nation. Bien que son défilé militaire ressemble quelque fois davantage à un show-room de matériel, il n’en demeure pas moins important pour ceux qui, au moins une fois dans leur vie, descendront la grande avenue présenter, aux yeux de ceux qu’ils servent, leurs armes.

A l’heure actuelle, cette journée devient quelque peu le théâtre d’une médiatisation politique accrue, négligeant parfois les fondements et le respect que l’on doit à ces militaires. Ils vont servir la France, et certains ne reviendront pas.

A présent, je me pose souvent cette question, combien parmi eux ne reviendront pas des opérations extérieures. Devant ces hommes et ces femmes qui défilent avec bravoure, me vient l’image des gladiateurs d’un autre temps qui au devant de Jules César entonnait cette terrible serment, « Ceux qui vont mourir te saluent ».

Le 14 juillet devrait être le moment où l’on met davantage à l’honneur les hommes, plutôt que le matériel. Il devrait être un jour de récompense pour ceux qui se sont comportés héroïquement par acte de civilité, et don de soi. Ce jour devrait être fidèle aux engagements de ses révolutionnaires qui ont voulu un monde meilleur, tel qu’il est écrit aux frontons de nos mairies : Liberté, Égalité Fraternité.

Pour se faire il fait appel au troisième temps de cette vie la transmission. La transmission de nos valeurs, que sont-elles à nos jours ? Que faisons-nous pour elles ? Comment les conserver, et les enseigner au mieux à notre tour ?

La joie du 14 juillet ne doit pas se symboliser uniquement par le traditionnel bal des pompiers. Notre Fête Nationale ne doit pas être que populaire, mais avant tout à sa population.

Il doit résonner de cette journée la fierté de ses français, la fierté de vivre en liberté et en démocratie.

Ce jour férié se doit d’être le jour de tous.

Cette fête est pour moi un formidable jour de citoyenneté, au cours duquel nous devrions tous faire bloc pour conserver notre mode de vie, notre culture ; car un pays n’appartient pas uniquement à ses dirigeants. Et c’est bien ensemble que nous devons faire avancer et donner à la France son rôle moteur dans le monde.

« De, et avec notre passé, travaillons au présent pour l’avenir de nos enfants. », voici mon humble chant de 14 juillet.





Laurent ATTAR-BAYROU

Président National FNAME


Article paru dans le Numéro Spécial de FRANCE-SOIR - "14 JUILLET"

admin piero
Admin

Messages : 147
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 52

Voir le profil de l'utilisateur http://teste-forum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

garden party 14 juillet 2009

Message  admin piero le Jeu 10 Juin - 0:46



L'édition 2009 de la garden party a été placée sous le signe des économies. La présidence a réduit le format de l'événement. Il y avait tout de même 5000 invités.

admin piero
Admin

Messages : 147
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 52

Voir le profil de l'utilisateur http://teste-forum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

L'intégrale du défilé du 14 juillet 2009

Message  admin piero le Jeu 10 Juin - 0:48


admin piero
Admin

Messages : 147
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 52

Voir le profil de l'utilisateur http://teste-forum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi le 14 juillet est-il fête Nationale ?

Message  admin piero le Jeu 10 Juin - 1:01

Fête nationale depuis 1880, le 14 juillet commémore la prise de la Bastille de 1789, mais aussi un événement moins connu : la fête de la Fédération de 1790.




Le 14 juillet 1789 : la prise de la Bastille

La fête nationale commémore d'abord le 14 juillet 1789, première journée révolutionnaire à portée symbolique. Cet été là, une grande agitation règne à Paris. Face au mécontentement populaire, le roi a réuni les Etats généraux, une assemblée des représentants de la noblesse, du clergé et du tiers-état. Ces derniers demandent une réforme profonde des institutions et, le 9 juillet, se proclament Assemblée nationale constituante. L'initiative inquiète le roi qui fait venir en secret des régiments suisses et allemands à proximité de Versailles. La rumeur court bientôt que les troupes royales se préparent à entrer dans Paris pour arrêter les députés. Le 12 juillet, un orateur harangue la foule qu'il appelle à réagir : c'est Camille Desmoulins, monté sur un tonneau, qui annonce une "Saint Barthélemy des patriotes". Au matin du 14 juillet, des Parisiens en colère vont chercher des armes aux Invalides, puis se dirigent vers la vieille forteresse royale de la Bastille, en quête de poudre. Après une journée de fusillade sanglante, et grâce au ralliement de gardes nationaux, les Parisiens s'en emparent et entament sa démolition. Au final, ils ne libèrent que quelques prisonniers et malfrats sans envergure. Mais cette vieille prison médiévale incarne l'arbitraire de l'Ancien régime. En l'abattant, les Parisiens font tomber un rempart de l'absolutisme. Et cette journée, qui marque le début de la Révolution, restera dans les mémoires comme un jour de liberté. Cependant la fête nationale fait aussi référence à une autre événement moins connu : la fête de la Fédération du 14 juillet 1790.

Le 14 juillet 1790 : fête de la Fédération

Depuis l'été 1789, partout dans les provinces françaises se sont créées des "fédérations" régionales de gardes nationaux. Une réaction à l'affaiblissement du pouvoir central. Afin de contrôler ce mouvement spontané, la Commune de Paris, sous l'impulsion de Lafayette, décide de fonder une grande Fédération nationale regroupant des représentants des fédérations locales et de les réunir à Paris le 14 juillet. La cérémonie est censée célébrer la prise de la Bastille, mais aussi apporter un semblant d'ordre et d'unité dans un pays en crise. Le jour dit, 14 000 soldats fédérés arrivent donc à Paris et défilent sous la bannière de leur département, de la Bastille jusqu'au Champ-de-Mars.

Sur une esplanade aménagée pour l'occasion, une grande messe est célébrée, à la suite de quoi le roi Louis XVI jure de maintenir "la Constitution décidée par l'Assemblée nationale". Les 400 000 Parisiens présents ce jour-là acclament leur souverain : la monarchie n'est donc pas remise en cause. L'aspiration à l'union nationale triomphe et la cérémonie se transforme en grande fête populaire. Mais la réconciliation nationale sera de courte durée. Deux ans plus tard, le roi est arrêté et condamné à mort.

1880 : le 14 juillet devient fête nationale

La statue de la place de la République est inaugurée le 14 juillet 1880 © Sénat
Pendant près d'un siècle, la commémoration du 14 juillet est abandonnée. Elle réapparaît en 1880, sous la IIIe République. Le régime, pour se consolider, cherche à construire un nouvel imaginaire national, autour de symboles républicains. C'est ainsi que la Marseillaise devient hymne officiel, et le 14 juillet fête nationale. Mais la proposition qui émane du député de la Seine Benjamin Raspail n'est pas accueillie unanimement par l'Assemblée. Certains députés mettent en cause la violence du 14 juillet 1789. Et c'est finalement autour du 14 juillet 1790 que se fait le consensus.

En 1880, pour la première fête nationale, la République fait les choses en grand. Le ministre de l'Intérieur prescrit aux préfets de veiller à ce que cette journée "soit célébrée avec autant d'éclat que le comportent les ressources locales". Un défilé militaire est organisé sur l'hippodrome de Longchamp devant 300 000 spectateurs, en présence du Président Jules Grévy. Il s'agit de montrer le redressement de l'armée française après la défaite contre la Prusse en 1870. Ce défilé militaire, toujours en vigueur, s'inspire aussi du défilé des gardes fédérés de 1790.

Cette année là, on inaugure également le monument surmonté de la statue de la place de la République, et partout sont donnés concerts et feux d'artifices. "La colonne de Juillet" qui surplombe la place de la Bastille, elle, ne se réfère pas au 14 juillet 1789. Elle porte le nom des victimes des journées révolutionnaire de juillet 1830, les "Trois glorieuses".



De 1880 à nos jours

- En 1886 : un femme, cantinière du 131e régiment d'infanterie, défile pour la première fois.

- En 1915 : le défilé militaire se déplace du Champs-de-Mars aux Champs-Elysées.

- En 1919 : c'est le défilé de la victoire qui réunit, sur les Champs-Elysées, les forces des pays alliés.

- En 1936 : après le défilé militaire, un million de personne défile à l'appel des organisations syndicales.

- De 1939 à 1945 : dans le Paris occupé, la journée n'est pas célébrée. Le 14 juillet 1940, à Londres, le général de Gaulle réitère ses appels à la résistance. En juillet 1945, on célèbre la Libération partout en France.

admin piero
Admin

Messages : 147
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 52

Voir le profil de l'utilisateur http://teste-forum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et pour vous, que représente le 14 juillet (2009)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum