Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets

Germaine Tillion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Germaine Tillion

Message  admin piero le Jeu 10 Juin - 18:24

Germaine Tillion








Son père Lucien Tillion est magistrat, et sa mère est l'écrivaine Émilie Cussac, connue sous le nom d'Émilie Tillion. Germaine Tillion suit une formation d'ethnologue auprès de Marcel Mauss et Louis Massignon. Licenciée en lettres, elle est diplômée de l'École pratique des hautes études, de l'École du Louvre, et de l'INALCO. Entre 1934 et 1940, elle réalise quatre séjours en Algérie pour étudier l'ethnie berbère des Chaouis dans le cadre de sa thèse. De retour en France au moment de l’armistice de 1940, elle devient, après les arrestations et les exécutions de Boris Vildé, Anatole Lewitsky et de Paul Hauet (dont elle est l'adjointe dès 1940) chef du réseau de Résistance du Musée de l'Homme, avec le grade de commandant de 1941 à 1942. Le réseau travaille à l’évasion des prisonniers et au renseignement. Dénoncée par l'abbé Robert Alesch, Germaine Tillion est arrêtée le 13 août 1942, et déportée le 21 octobre 1943 à Ravensbrück. Elle y perd sa mère, l'écrivain Émilie, grande résistante, déportée en 1944 et gazée en mars 1945. Pendant son internement au camp, elle écrit sur un cahier soigneusement caché, une opérette Le Verfügbar aux Enfers (les "Verfügbar" étaient les déportées soumises aux corvées et brimades par refus de travail) où elle mêle à des textes relatant avec humour les dures conditions de détention, des airs populaires tirés du répertoire lyrique ou populaire. Après la guerre, elle se consacre à des travaux sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale (enquête sur les crimes de guerre nazis, sur les camps de concentration soviétiques entre 1945 et 1954) puis sur l’Algérie. Elle a soutenu en France l’enseignement dans les prisons. Directrice d’études à l’École pratique des hautes études, elle a réalisé vingt missions scientifiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Elle retourne en Algérie en 1954 pour une mission d’observation et participe à la création de centres sociaux : ses nombreux travaux de recherches au cours de sa carrière au CNRS et à l’EHESS portent sur les sociétés méditerranéennes. À Alger, le 4 juillet 1957, elle rencontre clandestinement Yacef Saadi, à l'instigation de ce dernier, pour tenter de mettre fin à la spirale des exécutions capitales et des attentats aveugles.Après la guerre d'Algérie, elle s'engage dans divers combats politiques :
• contre la clochardisation du peuple algérien,
• contre la torture en Algérie,
• pour l'émancipation des femmes de Méditerranée.
Son séminaire d’« ethnologie du Maghreb » à l'École pratique des hautes études est resté légendaire.En 1999 elle est élevée à la dignité de Grand-croix de la Légion d’honneur, une parmi six femmes, avec Geneviève de Gaulle, Valérie André, Jacqueline de Romilly, Simone Rozès et Christiane Desroches Noblecourt. En 2004, elle lance avec d'autres intellectuels français un appel contre la torture en Irak.
Elle meurt le samedi 19 avril 2008 à son domicile de Saint-Mandé (Val-de-Marne) dans sa 101e année.
Hommages et mémoire
Le Musée de l'Homme lui a rendu hommage avec l'exposition Germaine Tillion : Ethnologue et résistante (30 mai 2008 - 8 septembre 2008).
• Le conseil général d'Ille-et-Vilaine baptise son collège de La Mézière du nom de Germaine Tillion le 18 décembre 2008
• La promotion 43 du cycle supérieur de management public de l'INET (Institut national des études territoriales) 2009/2010 a pris le nom de promotion Germaine-Tillion le 13 février 2009.
• À Sain-Bel dans le Rhône, le lycée du Pays de l'Arbresle est baptisé Germaine Tillion et inauguré le 6 mars 2009




admin piero
Admin

Messages : 147
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 53

Voir le profil de l'utilisateur http://teste-forum.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum